À la Frontière, de Cendrine Bertani, aux Éditions Ex AEquo : Frissons garantis !

6DBED8C7-720D-4980-91F7-937699455444-4521-000004345E415AA9

Ce petit recueil de nouvelles m’a fait passer par toutes les couleurs, et j’ai adoré ça.

Étant donné le format je ne vous parlerai pas des différentes histoires. Je ne peux que dire que je les ai trouvées excellentes.

Je vais plutôt parler de la performance et du style.

Pour commencer, ne vous fiez pas au visage serein et au doux sourire de Cendrine Bertani en 4ème de couv : elle est en fait tout à fait diabolique. Redoutablement diabolique.

160 pages de nouvelles, plus ou moins longues, certaines en plusieurs parties et d’autres non, mais toutes avec un point commun : la noirceur. Des actes ou des personnages, des lieux ou des dialogues, et parfois des quatre à la fois.

J’ai toujours pensé que l’art de la nouvelle devait être des plus ardus. Arriver à mettre en place une intrigue, donner vie aux personnages, parvenir à créer un début, un milieu et une fin, tout cela dans un nombre de pages très limité, et sans léser le lecteur en rognant sur des détails importants. Ça semble passablement compliqué.
Comment réussir ce tour de force en 40 ou 50 pages?

Avec la nouvelle Auto-Stop, Cendrine Bertani y parvient en seulement 15 pages.
Avec On the Road, à peine 11 lui sont nécessaires.
Quant à Alea Jacta Est, tout est réglé en 5 pages!

Et rien ne manque. L’histoire, les personnages, les lieux et les dialogues sont là, placés, précis, complets.

Non, rien ne manque. Et surtout pas le frisson qui va crescendo pour finir par vous picoter sérieusement le cou.

Voilà pour la performance.
Redoutable, comme je le disais plus haut.

Le style maintenant.
Un pur mélange de Stephen King et de J. Sheridan Le Fanu.
Ça semble facile comme comparaison, et pourtant ça ne l’est pas. Pas quand on est fan de ces deux écrivains comme je le suis. Mais ici c’est indéniable.

Ce n’est pas un genre que l’auteure se donne, elle a clairement la même capacité que SK à actionner les leviers précis qui font réagir le lecteur, et à synthétiser ses intrigues.
Et le même talent que Le Fanu à inventer des êtres à l’âme aussi noire que la suie.
L’art de mise en scène du premier, et celui de la poésie macabre du second.

Sans compter son humour personnel.

Que dire de plus ? Je suis fan !

Je remercie Cendrine Bertani pour sa confiance et l’envoi de cette lecture qui m’a totalement séduite.

4ème de Couv :

Suivez le guide. Je vous invite à parcourir les contrées américaines. Oh, ce n’est pas un voyage classique. Nous allons sortir des sentiers battus, explorer les bas-fonds, aborder des sujets épineux. L’Amérique veut nous montrer des sites majeurs, reflet de sa réussite. Votre guide, lui, aborde tous les thèmes. Je vous présente d’autres paysages. Des lieux de crime. Des scènes où des attentats ont été commis. Ne vous méprenez pas. Vous ne risquez rien. Vous êtes prévenus. Si vous vouliez contempler les chutes du Niagara, ou le Grand Canyon, il faut changer de file. Mon collègue propose ce style de circuit, moins aventureux. Vous êtes restés ? C’est que vous avez bon goût. Enfin, vous avez le goût du risque, j’entends. Je vous souhaite d’échapper aux cinglés dont le cerveau est lessivé par les drogues, aux machos qui ont reçu une éducation ultra-nationaliste, aux prédateurs qui ne sont pas tous des bêtes, et même aux esprits vengeurs. Cette société corrompue par nos déviances et notre volonté de maîtriser le monde, c’est évidemment la nôtre. Celle de demain, si nous ne réagissons pas maintenant. Alors ouvrez les yeux. Tenez à distance les alligators, ne prenez personne en auto-stop, ne laissez pas vos enfants chercher dans les substances illicites un paradis artificiel. Défendez vos valeurs, et non vos intérêts. Sinon les spectres de vos ancêtres reviendront vous hanter. Rassurez-vous. J’ai de l’humour. On va se marrer.

Lien vers les Éditions Ex AEquo : ICI

Lien vers le blog de Cendrine Bertani  : ICI

Lien vers la page Fnac du livre : ICI

Lien vers la page Amazon du livre : ICI

3 commentaires sur “À la Frontière, de Cendrine Bertani, aux Éditions Ex AEquo : Frissons garantis !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s