Le Collectionneur, de Fiona Cummins, aux Éditions Slatkine & Cie :

1542908961327

Nous avons tous nos petits hobbys.

La plupart du temps c’est totalement inoffensif.
Par exemple lire, cuisiner, collectionner les timbres ou les pièces.
Rien de bien méchant…
Sauf que Le Collectionneur, ce qu’il aime amasser, ce sont les os.
Aussi rares que possible.
Et surtout humains.

Un passe-temps tout de suite beaucoup moins gentillet.

Et quand des enfants atteints de graves pathologies osseuses disparaissent, ça devient carrément angoissant.

Parce que pour ce monstre, ce ne sont pas des enfants, mais juste des pièces rares à ajouter à sa collection.
Cette fameuse collection, sacrée, qui se lègue de père en fils depuis des générations.

Il ne reculera donc devant rien pour les obtenir.

Face à lui, l’inspectrice Etta Fiztroy, femme profondément blessée mais incroyablement forte, Jakey, adorable petit garçon souffrant d’une effroyable maladie, et que l’on aimerait soustraire de ces pages pour le protéger, le choyer, Clara, petite poupée de 5 ans, que l’on voudrait également arracher de cet enfer, et les parents des enfants. Avec leurs problèmes, leurs douleurs, et leurs failles.

Avec ce premier thriller Fiona Cummins frappe fort.
Si le style reste conventionnel, il n’en est pas moins d’une précision chirurgicale pour décrire les actes et les pensées ou désirs profonds de chaque protagoniste.

Quant à la forme, elle est, de mon point de vue, parfaite.

Les chapitre courts s’enchaînent à toute vitesse, et le découpage en jours et en heures (voire en minutes parfois), nous rive à notre livre jusqu’à la dernière page.

Le personnage du Collectionneur peut sembler peu étayé, mais on comprend rapidement que c’est un choix de l’auteure, qui fait sciemment de la collection le pivot central de cette histoire en lieu et place de son propriétaire.

Pour preuve, tous les autres protagonistes sont on ne peut plus fouillés et leur psyché est un petit travail d’orfèvre.

En plus d’être un excellent thriller, ce roman détaille très finement les souffrances auxquelles les familles font face devant la maladie, la disparition ou le deuil de leur enfant.

Une lecture violente et terriblement addictive, qui nous fait attendre le prochain livre de l’auteure avec beaucoup d’impatience.

Je remercie les Éditions Slatkine & Cie pour leur confiance et pour l’envoi de ce roman que je recommande fortement à tous les thrillers addicts et à tous ces qui aiment les livres très addictifs !

Le collectionneur mène une double vie.
Monsieur Tout-le-monde dans l’une, il est, dans l’autre, le gardien d’un musée secret qu’ont constitué son père et son grand-père avant lui, une collection d’ossements humains.
Les collectionneurs cherchent toujours la rareté, l’objet unique. Et il y a à Londres deux enfants atteints d’une maladie génétique orpheline qui fait se dédoubler les cartilages puis pousser les os jusqu’à l’étouffement, la maladie de l’homme de pierre.
Avec un style-cutter aussi efficace que glaçant, Fiona Cummins plonge dans l’âme du psychopathe.

Lien vers les Éditions Slatkine & Cie : ICI

Lien vers la page Fnac du livre : ICI

Lien vers la page Amazon du livre : ICI

Publicité

2 commentaires sur “Le Collectionneur, de Fiona Cummins, aux Éditions Slatkine & Cie :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s