Ce qui ne tue pas, de Rachel Abbott, aux Éditions Belfond (collection Belfond Noir) :

F72D2F30-34EA-4E39-BF85-DA2E4CF31A9D
Rachel Abbott n’en est pas à son coup d’essai et cela se ressent à la lecture de Ce Qui ne Tue Pas.

L’histoire est bien en place, les descriptions évitent les longueurs inutiles, les dialogues sont posés sans être envahissants, et ses personnages, et leur psychologie, sont amenés progressivement, avec ce qu’il faut de questionnements et de non-dits pour nous laisser dans un flou agréable.

Markus, artiste tourmenté, et sa sœur Cleo ont une relation particulièrement fusionnelle, et ont pris l’habitude de ne compter que l’un sur l’autre.

Peut-être même un peu trop.

Lorsque Mark rencontre Evie et décide de vivre avec elle, Cleo se montre tout de suite très méfiante, et une haine policée ne tarde pas à s’installer entre les deux femmes.

Aussi, lorsque son frère est retrouvé mort, il ne fait aucun doute pour elle qu’Evie l’a assassiné sans raison et elle n’hésite pas un instant à réfuter en bloc les violences que cette dernière semble avoir vécues.

Qui croire, de la sœur aimante ou de la compagne meurtrie ?

À sans cesse protéger son frère, Cleo n’en était-elle pas devenue aveugle au point d’occulter ses côtés sombres ?

Quant à Evie, pourquoi son passé semble-t-il si mystérieux ?

La guerre qui se joue entre ces deux femmes fera ressortir le pire de chacune d’elles, mais également du disparu.

Et mettra en lumière leurs secrets les plus noirs.

Ce thriller psychologique se lit facilement et rapidement, l’auteure sachant nous donner envie d’en connaître toujours plus sur chacun des protagonistes en nous plaçant, tour à tour, dans la tête de Cleo et d’Evie.

J’avoue que j’ai deviné le pourquoi de cette histoire assez tôt dans le roman. Mais, même si c’est toujours un peu frustrant, ça ne m’a absolument pas gâché la suite, ni donné envie d’arrêter ma lecture.

Et bien m’en a pris !

D’une part parce que l’auteure amène les choses de manière construite, et parce que, contre toute attente, une des révélations finales s’est avérée vraiment surprenante.

Cette lecture a donc été une agréable surprise, et, même si ce n’est pas un coup de cœur, j’en garde un bon souvenir et la conseille à tous les lecteurs qui recherchent un thriller domestique entre deux romans plus « sanglants » !

***************

Je remercie les Éditions Belfond, pour leur confiance et pour l’envoi de cette lecture.

***************

4ème de Couv :

Cleo North sait qu’elle devrait se réjouir pour son petit frère Marcus. Pourtant, rien n’y fait, elle ne sent pas du tout sa nouvelle compagne, Evie, et voit d’un très mauvais œil l’influence croissante de la jeune femme sur son frère. Et puis que signifie cette propension à se blesser « accidentellement » sans arrêt ? Une manière d’attirer encore davantage l’attention de Marcus ? Comme si son pauvre frère, cet artiste si talentueux et si vulnérable, n’avait pas été déjà assez éprouvé par le décès de sa première épouse…
Un soir, un appel à la police, deux corps retrouvés dans la somptueuse demeure des North. Celui de Marcus sans vie, celui d’Evie ensanglanté. Un jeu sexuel scabreux ? Une dispute qui aurait mal tourné ?
Derrière les apparences, qui est le bourreau et qui est la victime ? À travers les voix d’Evie et de Cleo, deux visages du défunt émergent.
Pour l’agent Stephanie King commence l’enquête la plus brutale, la plus ahurissante de sa carrière.

Lien vers le site des Éditions Belfont : ICI

Lien vers la page Amazon du livre : ICI

Lien vers la page Fnac du livre : ICI

 Lien vers lapage Decitre du livre : ICI

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s