Cogito, de Victor Dixen, chez Robert Laffont (Collection R) : Enrichissant, original, et addictif.

IMG_0744

L’intelligence Artificielle est-elle une bonne ou une mauvaise chose ?

Cette thématique a certes déjà eu son heure de gloire à une certaine époque, mais il était temps de la dépoussiérer.

Et c’est précisément ce que Victor Dixen fait avec Cogito.

Ici l’intelligence artificielle est partout. Elle n’a pas pris le pouvoir, mais les personnes qui sont en mesure de la faire évoluer, elles oui.

Dans un monde constamment plus compétitif et toujours plus déshumanisé, le taux de chômage a explosé.

En cause ? L’IA, qui à quasiment tous les niveaux arrive à produire le même travail, tout en étant beaucoup plus rentable.

C’est dans ce monde totalement asphyxié qu’évolue Roxane, jeune fille aussi futée que désabusée. Si son passé est douloureux, son avenir n’est pas très engageant non plus.

Jusqu’au jour où on lui propose de suivre un stage d’apprentissage intensif hors de prix et réservé à l’élite afin de pourvoir intégrer les meilleures corporations.

Alors pourquoi l’avoir choisie comme boursière ?

Pour qu’elle devienne la preuve que la preuve que la programmation neuronale fonctionne.

Pourtant, une fois les stagiaires arrivés sur les îles où se déroule le stage, des événements non prévus vont commencer à se produire. Faisant ressortir le meilleur, mais également le pire de chacun d’eux.

Qui se cache derrière tout ça, et pourquoi ?

Qui de l’homme ou de la machine est le plus monstrueux ?

Et surtout qui apprend le plus de l’autre ?

Grâce à une approche atypique de ce sujet, l’auteur nous offre une dystopie entraînante et très enrichissante.

En effet, dans une grande première partie le lecteur est amené à faire connaissance avec les différents courants de pensées qui ont toujours divisé la science et les philosophes au sujet de l’IA, ou même de l’humain face à la machine, et ce depuis des centaines d’années.

La seconde partie du roman est plus rythmée que la première, mais elles m’ont tout autant passionnée l’une que l’autre.

La première parce que j’ai appris quantité de choses interessantes, et la deuxième pour l’action particulièrement addictive.

Le tout dans un objet livre unique et particulièrement bien fait qui renferme une histoire qui devrait faire date.

À lire !

***************

Je remercie les Editions Robert Laffont et Collection R pour leur confiance et pour l’envoi du SP de cette très belle dystopie.

***************

4ème de Couv :

Un don du ciel… 
Roxane, dix-huit ans, a plongé dans la délinquance quand ses parents ont perdu leur emploi, remplacés par des robots. Sa dernière chance de décrocher le Brevet d’Accès aux Corporations : un stage de programmation neuronale, une nouvelle technologie promettant de transformer n’importe qui en génie.
…ou un pacte avec le diable ? 
Pour les vacances de printemps, Roxane s’envole pour les îles Fortunées, un archipel tropical futuriste entièrement dédié au cyber-bachotage. Mais cette méthode expérimentale qui utilise l’intelligence artificielle pour  » améliorer  » la substance même de l’esprit humain est-elle vraiment sûre ? En offrant son cerveau à la science, Roxane a-t-elle vendu son âme au diable ?
Demain, l’intelligence artificielle envahira toutes les strates de la société.
L’ultime frontière sera notre cerveau.

 

Un commentaire sur “Cogito, de Victor Dixen, chez Robert Laffont (Collection R) : Enrichissant, original, et addictif.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s